Contrastes vibratoires, installation visuelle et sonore, décembre 2018–janvier 2019, Cantonale Berne Jura, Centre Pasquart, Bienne

Contrastes vibratoires, installation visuelle et sonore, janvier 2017, Halles Usego, Sierre

Contrastes vibratoires, installation visuelle et sonore, janvier 2017, Halles Usego, Sierre

Deux variations de couleurs, constamment complémentaires, sont projetées sur les deux faces d’un panneau, puis se reflètent contre les murs de la salle. Dans le même principe, deux sons dont l'écart de hauteur est continu sont diffusés dans l’espace.

Les visiteurs peuvent ressentir un état de tension, de par la complémentarité visuelle et sonore constante et l’impossibilité de comprendre le mouvement des pixels. Mais en même temps, l'incompréhensibilité de ce mouvement peut captiver leur attention.

Les spectateurs sont absorbés sans pouvoir rationaliser. Cette impossibilité crée une saturation et une tension les poussant à lâcher prise.

Le lâcher prise leur permet d'atteindre un état de conscience modifié, dans lequel leur perception du temps n’est plus déterminée par des repères particuliers, mais plutôt par des transformations progressives. Cette saturation des perceptions est inspirée par l'hypnose ericksonienne. L'abstraction des éléments visuels et sonores permet à chaque visiteuse et visiteur de s'approprier cet état d'induction et de voyager dans ses propres pensées.